Petite exception dans ces notes sur Benetton car celle ci n'est pas du célèbre Toscani. Elle a été réalisée par la même agence de publicité (FABRICA, créée en 1994 par Benetton et qui fait toutes les pubs de la marque depuis). Les photos sont de James Mollison (29 ans), et non de Toscani qui avait arrêté de travailler pour Benetton un an auparavant.
Enfin bon, on y retrouve tout de même les thèmes de prédilection de Benetton à savoir sexe, violence et rock'n'roll. Bon enfin à peu près. Et tout ça sous couvert de Nations Unies... Car ça n'a pas du vous échapper, sur chacune des affiches ci-dessous, se trouve le logo des Nations Unies.
Alors le principe, c'était quoi? Bin c'est assez simple, en 2001, c'était l'année du "volontariat", en gros c'est pour promouvoir le bénévolat, quoi...
Et aux Nations Unis, ils "dirigent" (me demandez pas les détails techniques) 5000 bénévoles dans le monde.
Je rappelle au cas où que les Nations Unies (l'O.N.U.), c'est aussi plein de "trucs" comme l'Organisation Mondiale de la Santé, le Haut Commissariat des Nations Unis pour les réfugiés et Haut Commissariat des Nations Unis aux Droits de l'Homme comme ça on comprend mieux le pourquoi du comment de certaines affiches. Bon, par contre, d'autres restent encore pour moi un peu énigmatique, comme cette première, qui est en plus certainement la plus connue représentant, en haut à gauche, Marianna Handler, une retraitée s'occupe de surveiller la plage dans un camp de naturistes en Allemagne... Bon, d'accord, elle est bénévole, c'est super chouette, mais honnêtement, c'est quoi le rapport avec les Nations Unis, dont le but à l'origine est d'oeuvrer pour l'entente entre les pays et le rapport avec Benetton, vendeur de pull (bin oui, pour une naturiste, le rapport n'est pas évident quand même...)
A droite, on a Nelson Gomez, un travesti guatémaltèque de 32 ans qui distribue des préservatifs à des prostituées... Honnêtement, on sent quand même le choix pas du tout innocent de prendre en photo un travesti qui sera à même de titiller les esprits plus que n'importe qui d'autre...

Bon, après, ça devient plus "normal", plus compréhensible avec à gauche, Naya Joffre qui travaille avec les enfants qui vivent dans les rues au Guatémala et à droite, William "Weazrock" Huezo, ancien membre de gang, qui mène un combat contre la violence. M'enfin les deux affiches qui étaient les plus présentes dans les médias étaient les deux premières et non celles qui suivent...

A gauche, Pedro Perez un jeune avocat assurant la promotion et protégeant les droits de l'homme en Colombie.
A droite, Tajidin Agah qui dirige un camp de réfugiés en Afghanistan.

A gauche, Soledade Condore, chilienne de son état, s'occupe de défendre les droits de l'homme (l'affiche ne précise pas comment).
A droite, Sara Lewal travaille avec les enfants en difficulté en Afghanistan.

A gauche, Donna Jones, danseuse de claquettes dans des maisons de retraites à Los-Angeles.
A droite, Matthew Green-Latkins II, infirmière dans une paroisse aux Etats Unis avec une grande communauté gay (ouf, quand même...).
Concluons avec une citation du photographe de cette campagne qui dit : «Ce n'est pas Benetton qui m'a demandé de calmer le jeu, précise-t-il, mon but a toujours été de faire des images qui font réfléchir plutôt que de choquer. Les tactiques choc d'Oliviero étaient parfaites dans les années 90, mais elles ont fini par lasser».