On change complètement de sujet avec quelques séries de pubs... limite.

Dans ces visuels, tout est fait pour nous faire croire, au premier abord, que ces personnes ont subi des violences. Et pas vraiment de la part d'une vitre, à priori. Pourtant, comme ce sont des publicités pour un produit qui nettoit les vitres, il est évident qu'il s'agit plutôt de celà.
D'ailleurs, toujours pour un produit lave-vitre, il y avait cette pub qui jouait sur la même blague du gars (ou de la fille) qui se prend une porte vitrée dans la gueule... Seulement là, il n'y avait pas d'ambiguïté, c'était le bon vieux gag de la porte, paf, tout le monde rigole... Pas fin, mais pas du tout limite.

Il s'agit de stickers collés sur des vitres (je précise pour ceux qui n'auraient pas compris l'astuce).
Enfin, pour en revenir à la première pub, ça m'a fait penser à cette campagne pour les rasoirs Wilkinson, encore pire.

Là, on est même plus dans l'allusion, le texte est très clair "the abuse must stop". Les femmes de ces pubs portent des traces similaires à celles de coups qu'un mari violent aurait pu leur infliger. D'ailleurs, elles en rajoutent en faisant une tête pas possible, surtout la première avec ses joues creuses et la deuxième avec son regard désespéré...

Il est clair que les publicitaires jouent sur cet effet soit de curiosité morbide, soit de compassion qui fait que l'on va se pencher sur ces affiches, pour voir un peu de quoi il s'agit. On s'aperçoit que finalement, on s'est fait avoir, il s'agit d'un rasoir ou d'un produit lave-vitre, ha ha ha, tout le monde rigole...

Si ça se trouve, ce sont les mêmes publicitaires qui ont fait la campagne pour le produit lave-vitre, là, au-dessus et pour la Croix Rouge, en dessous.
Ce qui est étonnant, c'est le point commun entre toutes ces campagnes: l'humour. Dans la publicité ci-dessous, l'humour est extrêmement acide, mais bon, il y en a indéniablement dans cette phrase "my dad's stronger than yours" -> "mon père est plus fort que le tien".

Et même dans cette campagne-ci, l'humour est présent. Alors forcément, on ris jaune, ou bien pas du tout, mais cette touche d'humour, sans me donner l'impression que le message est dédramatisé, me fait m'interroger. En fait, si, le but doit être de ne pas verser dans le trop dramatique. Les images et l'idée qu'il y a derrière suffisent pour celà.

Première image:
Most kids worry about covering up acne. -> La plupart des ados s'inquiètent de pouvoir cacher leur acné.
Deuxième image:
Most kids are picky eaters. -> La plupart des enfants sont difficiles pour la nourriture.
Troisième image:
Most kids hate getting needles. -> La plupart des enfants détestent avoir des piqûres.