Petit avertissement avant de commencer... Il s'agit probablement de la note la plus chiante que j'ai faite, là... Il en faut bien une, voilà, ça y'est, on y est, c'est maintenant.

ça date déjà un peu, c'était pour le 50ème anniversaire de la déclaration des droits de l'homme, en 1998.
Et oui, on dit que Benetton tente de se racheter une conduite en faisant des campagnes publicitaire en partenariat avec des ONG du type ONU, etc...
Le problème, c'est peut-être que lorsqu'ils ont fait la campagne "contre" la peine de mort deux ans plus tard, c'était en association avec personne.
Bon, le problème, c'est peut-être aussi qu'il n'y a pas d'ONG "connue" qui s'occupe du problème de la peine de mort dans le monde en général et aux Etats-Unis en particulier.
Enfin en tout cas, ça donnait une campagne très clean, très simple, bon, en fait, un peu bidon, hein, faut bien l'avouer, ces portraits en gros plan, c'est du déjà vu, mais en moins bien.
Là, vu la taille des images que j'ai mis, on voit pas bien, mais au milieu, il y a écrit deux morceaux d'article du code la route des droits de l'homme (en anglais s'il vous plait)
"everyone has the right to leave any country, including his own, and to return to his country" (art.13)
"Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays."

"All human being are born free and equal in dignity and rights (art.1)"
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.
La suite: Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Le principe de ces pubs, c'est vraiment le partenariat. Et les deux entreprises sont sensées en tirer profit également. Enfin, profit... Justement, l'une des deux "entreprises" est à but non lucratif, et l'autre, bien au contraire.
Mais bon, là où c'est juste, c'est que c'est l'entreprise qui fera des profits qui paye tous les frais de la campagne, et pour l'ONG, celà fait de la communication sur ses actions, qu'elle ne pourrait s'offrir.
Après, est ce que ça augmente réellement les dons, est ce que c'est le but? Quel est le but réellement? Mystère...
Toujours est-il que ces campagnes durent depuis un moment et dureront encore longtemps, vu que personne n'aura rien à redire contre elles et qu'il y aura toujours des ONG prêtes à s'associer à Benetton.

La première affiche (au dessus, avec juste une cuillère en bois), date de 1996, en partenariat avec la FAO, la Food and Agriculture organization, qui dépend des Nations Unis.
La deuxième date de l'année d'après, de 97, mais pour le coup, il n'y a pas d'ONG associée. Là, c'est purement esthétique, le blanc du riz au creux du noir de la main.
La troisième date de 2003, en association avec le World Food Programme.
Alors le World Food Programme, qu'est ce que c'est, me direz vous... Et bien déjà, en français, ça donne le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et il s'agit tout de même de la plus grande organisation humanitaire du monde (whaaaou). Elle distribue de la nourriture dans 80 pays dans le monde et pour vous donner un ordre d'idées, depuis sa création en 1963, cette organisation a dépensé 30 milliards de dollars et 47 millions de tonnes de produits alimentaires.
Bon, en fait, ça a un intérêt, ces pubs, je vous en parle et du coup, c'est tellement alléchant que vous allez vous engager, n'est ce pas?
Bon, je vais essayer de traduire un peu ce qu'il y a d'écris sur les affiches:
Food for stability
Mawater, 7, receives food aid in Kola Refugee Camp, Guinea, after escaping the civil war in Liberia.
Nourriture pour la stabilité
Mawater, 7 ans, reçoit l'aide alimentaire dans le Camp de réfugiés Kola, en Guinée, après qu'elle ait échappé de la guerre civile au Libéria.
Food for protection
Agnes, 18, is encouraged to learn about HIV at a sex education project for prostitutes and abused women in Freetown, Sierra Leone.
Nourriture pour la protection
Agnès, 18 ans, est encouragée à s'informer sur le virus du SIDA dans un programme d'éducation sexuelle pour les prostituées et les femmes abusées à Freetown, en Sierra Leone.

Food to go home
Aqulmina, 9, and Mahjabina, 11, return home from years of exile in Pakistan.
Food aid supports their resettlement and millions of other Afghan refugees.
Aqulmina, 9 ans, et Mahjabina, 11 ans, retournent chez elles après des années d'exil au Pakistan.
L'aide alimentaire soutient leur réintégration ainsi que celle de millions d'autres réfugiés afghans.

Food for work
Basmina, 15, is now free to find work in Kabul.
Food aid supports her while she looks for a job.
Basima, 16, is supported with food aid in Afghanistan. She now hopes to find work as an embroiderer in Kabul.
Basmina, 15 ans, est maintenant libre de trouver du travail à Kabul.
L'aide alimentaire la soutient tandis qu'elle cherche du travail.
Basima, 16 ans, est soutenue par l'aide alimentaire en Afghanistan. Elle espère maintenant trouver du travail comme brodeuse à Kaboul.

Euh, bon, sinon, que dire de leur tenue vestimentaire... C'est pas exactement la mode occidentale, quoi... On est assez loin du petit pull benetton.
C'est trés coloré, ça, c'est sûr, mais ce qui est surprenant, c'est de montrer ce "voile" complet sans que la réflexion de la photo porte sur ce sujet...
Pourtant, il y a bien un montage avec un "avant / après", mais tout ce dont parle le texte, c'est de son futur travail... Enfin, on va pas lancer un débat non plus, mais je pense que le photographe avait peut-être l'intention de nous faire réagir par rapport à ça aussi, comme pour la dernière photo de cette note, où l'on voit un ancien combattant africain, qui a rendu les armes, mais qui porte sur la photo une bretelle de munitions...

Food for education
Haroun, 6 and Arzo, 7, are among 1300 pupils at the Ashuqan and Arifan School in Kabul, Afghanistan, who receive free bread every day.
School feeding encourages families to send their children to class.
Food for peace
Momo, 60, and Rose, 22, fought on opposite sides of the civil war in Sierra Leone.
Food aid encouraged the disarmament process and they, and other ex-combatants, now receive rations while retraining as tailors.
le La nouriture pour l'éducation
Haroun, 6 ans et Arzo, 7 ans, font partis des 1300 élèves de l'école d'Arifan et d'Ashuqan à Kaboul, Afghanistan, qui reçoivent du pain gratuitement tous les jours.
Ce programme inscite les familles à envoyer leurs enfants à l'école.
La nouriture pour la paix
Momo, 60 ans, et Rose, 22 ans, ont combattu chacun d'un côté opposé lors de la guerre civile au Sierra Leone.
L'aide alimentaire a encouragé le procédé de désarmement, eux et d'autres ex-combatants, reçoivent maintenant des rations alimentaires et travaillent.