Mental Wealth fifi moon fifimoon playstation
Oui, ce titre à la con, c'est en référence à une vieille note où j'avais mis une pub pour orange, qui s'passait dans la tête. Bon, là, ça s'passe pas dans la tête, mais c'est quand même pour Orange. Et surtout, c'est une pub réalisée par Chris Cunningham.
Chris Cunningham, pour ceux qui connaissent pas, c'est un vidéo-plasticien. C'est à dire qu'il réalise des vidéos, mais aussi des trucs en plastique. Souvent des trucs en plastique utilisés justement dans ses vidéos.
Pour la faire courte sur son C.V., il a commencé par travaillé avec Stanley Kubrick sur le film A.I. (Stanley Kubrick étant malencontreusement mort, c'est finalement Steven Spielberg qui réalisa le film), il a également travaillé sur les effets spéciaux d'Alien 3 et 4 et réalisé des clips pour des artistes que j'apprécie, comme Autechre, Squarepusher, Portishead ou Aphex Twin.
Côté pub, j'aimerai vous dire que c'est du tout bon, mais ce n'est pas le cas. Alors on va lui trouver des excuses et supposer que ça doit lui rapporter de quoi bien bien manger, mais que c'est sûrement pas là où il a le plus de liberté, d'où des résultats pas forcément top top pour Levi's, Nissan ou autre.
Mais la dernière en date, pour Orange fait plutôt exception, elle se laisse même franchement regarder.
Ce que je vais d'ailleurs faire, vous laisser franchement la regarder.

Bien évidemment, ça ne vaudra jamais le superbe spot "Mental Wealth" pour Playstation, dont je vous parlais ici et qui explique les jolies petites photos en préambule de note.
Et comme je sais bien qu'une seule vidéo ne vous suffit pas, je vous mets les deux clips réalisés pour Aphex Twin, qui valent leur pesant de cacahouettes caramélisées.
Tout d'abord, chronologiquement, il y a en 97 (déjà 10 ans) le trés connu "Come to Daddy".
Paraît-il que l'idée du clip serait venue à Chris de souvenirs de son adolescence, où il se faisait poursuivre par des enfants qui le terrorisaient.

A la suite, le clip de "Windowlicker", dans son intégralité non censuré tout ça. Avec cette chouette parodie de "pimp hip-hopeur" au début.
Là, l'inspiration du clip vient du fait que le morceau a été composé à partir de sons provenant de films porno. Ouais, rien que ça. Donc du coup, des filles qui se déhanchent comme des tepu, comme dans des clips de hip-hop moisis.
Mais avec la petite touche qui fait que sans ça, c'est pas drôle: les filles, comme dans le clip de "come to daddy", ont la tête d'Aphex Twin.
Mieux encore que les messages sataniques subliminaux à l'envers des vinyls, Aphex Twin a glissé sa tête dans le spectre sonore d'un des morceaux du maxi Windowlicker, à la fin de ΔMi−1 = −aΣn=1NDi[n] [Σj∈ℂ{i}Fij[n − 1] + [Fexti[n−1]] (c'est le titre).
On ne peut voir sa frimousse qu'en écoutant le morceau sur son ordi, en .wav, avec un logiciel de traitement du signal audio et le spectrographe qui va bien.
Si vous avez tout ça, vous pourrez voir ceci (et là, vous êtes bien content) :