J'interromps quelques instants le cours de "les pubs et le cinéma" pour vous faire part de mon étonnement.
Oui, je suis étonné.
En 1986, Serge Gainsbourg nous avait donné une magistrale leçon de savoir-vivre, de drague "à l'américaine" avec Whitney Houston, qui, soit dit en passant, ne semblait pas au courant des dernières tendances venues de son pays, pourtant.
Hé bien croyez le ou non, mais 20 ans plus tard, ces techniques de drague, pourtant à la pointe (américaines, rappelons-le), étonnent toujours autant les américaines de passage.
Et c'est ce pauvre Jamel Debbouze qui en fait les frais.
C'est quand même rageant, en voyant qu'en plus, il est persévérant, là où Gainsbourg, voyant l'insuccès de ses méthodes, s'est excusé pour ce qui a pu être pris pour un comportement un brin "cavalier", Jamel, lui, persévère mais sans plus de succès.
C'est étonnant et même décevant.
Qu'est ce qu'on cherche à prouver? Que la persévérance ne mène à rien?
Je vous l'demande.