Voilà un sujet grave, traité de manière pour le moins originale. Il s'agit d'une campagne de pub pour l'Association Internationale des Victimes de l'Inceste (AIVI)
En fait, si j'ai choisi de montrer cette campagne, c'est surtout pour l'approche qu'en ont fait les publicitaires. C'est indéniable, il y a de l'humour dans les images, c'est rempli de petits détails qui, dans un autre contexte pourraient passer pour des blagues salaces...
Comme on ne lit pas très bien sur les photos, je vous retranscrit.
La main baladeuse de tonton, le doigt tripoteur du frangin (c'est sympa et rigolo, ne laisse aucune trace, existe en version "femme", 5 ans et +...)

Une vraie langue de papa (bouge quand on la touche, articulée, pour fille ou garçon, salive vendue séparemment, étanche dans le bain, 0/15 ans...)

En fait, je me demande dans quel état d'esprit les publicitaires ont créé ces affiches. Tous ces détails ressemblent à des blagues, même si le résultat final est extrêmement glauque et le message, en blanc sur fond noir, clair et sans équivoque:
"A ce jeu-là, les enfants sont toujours perdants. 72 % des infractions sexuelles sont perpétrées dans le cercle familial."
Je ne saurais dire si ce genre de campagne est efficace, car le but, c'est quoi? Faire baisser la pédophilie? Inciter à la vigilance des autres membres de la famille? Je ne sais pas, je ne pense pas qu'une campagne de pub change le comportement des gens. Quelqu'un qui se doute qu'il se passe quelque chose dans sa famille ne va pas se dire "tiens, il faudrait que je dénonce ça à la police", parce qu'il en a entendu parler dans les journeaux.
Oui, je dis dans les journaux et non dans la rue, car cette campagne n'a pas reçu l'approbation du BVP (bureau de vérification de la publicité) quant à un affichage sur la voie publique... Allez savoir pourquoi... Peur d'une émeute, sans doute.
ça me parait bizarre, d'ailleurs, comme message, de refuser l'affichage sur la voie publique et d'accepter par voie de presse. C'est un peu dire "ok, vous pouvez faire passer votre message, mais chut, pas trop fort et ne le dites pas à tout le monde.
Pour revenir sur la forme, ça me fait un peu penser à la campagne pour la SNCF réalisée par Kassovitz (ici), le sujet est grave, mais la forme n'a pas l'air de bien le faire comprendre.
Ce genre de traitement, à mon avis, correspond mieux à des sujets un peu moins grave comme, euh... je sais pas, moi, par exemple, les mauvais traitements infligés aux animaux. C'est grave, mais quand même moins que les viols d'enfants, faut avouer.

Voilà une affiche qui explique que les animaux ne sont pas des jouets, le principe de mise en scène est exactement le même que pour la campagne pour AIVI, mais l'effet n'est pas du tout le même.
Pour finir, en ce moment en France, nous avons droit à une campagne de prévention sur les risques liés à internet pour les enfants.


Là c'est carrément l'opposé au niveau du ton, c'est ultra sérieux, surtout avec la voix d'outre-tombe pour les spots télé.
Par contre (car je trouve toujours à critiquer), ce que je note, c'est qu'il n'y a pas de réelle solution apportée par ces spots. Le message est court, clair, mais pas assez précis. Vigilant, oui, mais en faisant quoi, par exemple? Verrouillage parental, en quoi, comment, contrôler ce que les enfants regardent sur le net...?
Aux parents de se débrouiller, semble-t-il, pourtant, à priori, je pense que ces spots s'adressent aussi aux parents qui ne savent pas quoi faire à la base.
* D'actualité car...