Vous avez surement déjà du voir la nouvelle campagne Reebok, "run easy"...
Le message de ces affiches est assez clair, il nous demande de lever un peu l'pied quand on court. Bon, pour moi qui ne court jamais, j'avoue que ça va être facile, m'enfin du coup, j'me sens pas forcément concerné. Reebok, run easy
Mais à part à moi, à qui peut bien s'adresser ces pubs, finalement? Qui court des marathon jusqu'à épuisement? Certainement pas la majorité des consommateurs d'équipements sportifs... Qui court, vomit puis recourt..?
Reebok, run easy
Enfin ce qui m'amuse, c'est de voir ce message "pourquoi aller au delà de ses limites", alors que dans le même temps, on peut encore voir des pubs reebok qui nous invitent à "repousser nos limites". De repousser ses limites à les dépasser, je crois bien que l'écart est surtout sémantique...
Reebok, run easy I am what i am
Bien sûr cette nouvelle campagne Reebok n'est pas là pour contredire les précédent mais sert surtout à se positionner par rapport au "message", à l'image de nike, et précisément celle véhiculée dans un de ses derniers spots , "a little less hurt", où l'ont peut voir un homme courir, vomir et continuer à courir, imperturbable...
La référence à Nike est d'autant plus claire dans la version anglaise de l'affiche "what are you just doing ?"
Les nouveaux messages de Reebok, c'est Je suis comme je suis. Inutile de le faire si cela ne vous plaît pas. Courir avec plaisir. Gardez la forme comme vous le voulez.
Il nous font tous simplement le coup de la complicité avec le consommateur, comme peut le faire Dove. Nous, on est l'entreprise sympa qui t'accepte tel que tu es alors que la société t'auras éventuellement rejeté.
Il reste un truc qui m'étonne quand même, dans le spot qui suit, on voit des coureurs parler en courant. On m'a toujours dit que c'était mauvais pour la respiration, l'avis de spécialistes peut-être...?
Bon, sinon, tant qu'on en est aux pubs que j'n'aime pas de chez Reebok, voilà quatre spots de la série "i am what i am", le premier avec 50 cent et Jay-Z, deux "gangster-rappeur", super l'image des sportifs, là, c'est plutôt pour la frime, certainement pas pour courir, le deuxième, avec avec DJ ABDEL, qui nous raconte un peu sa vie, pas forcément super passionnant, mais bon "i am what i am", si i am chiant, raconter ma vie, ça sera chiant aussi...

Les deux derniers, avec deux sportifs français, Amélie Moresmo et Thierry Henry, sont aussi long que chiant également. Je ne sais pas où ils ont bien pu diffuser des formats aussi longs, d'ailleurs, au cinéma peut-être.