Voilà, les images sont en place, manque plus qu'écrire un petit texte autour...
Magie, je tapote avec mes petits doigts sur les touches de mon clavier, et tout se met en place, les mots coulent tout seuls comme une diarrhée verbale qui dégoulinerait sur votre écran...
Tiens... Quand je laisse libre court à mon imagination, quand je laisse mes doigts graciles courir sur le clavier... il n'en sort que des conneries... étrange, non?
Alors concentrons-nous et retournons au sujet qui nous intéresse: la musique.
Cette semaine, ce sont trois campagnes pour le journal Rolling Stone que je vous soumet.
La première campagne est assez rare à trouver, vu que, m'apercevant que le texte était quasi illisible, je l'ai recherché sur le net, impossible de mettre la main dessus.
J'en suis d'ailleurs à me demander s'il s'agit d'une campagne officielle ou d'une fausse pub, vu le contenu, d'ailleurs, ça serait pas impossible...
Il s'agirait en tout cas d'une campagne pour célébrer les 36 ans du journal.
Etonnant de fêter les 36 ans, mais bon, c'est comme ça.
Première affiche, je vous la lis, parce que bon, à votre âge, je sais bien que les petites lignes, c'est pas votre fort.
Donc il est écrit (je traduis en même temps) "a commencé dans "un tramway nommé désir", "le Parrain" et "je me souviens plus du titre... celui avec Marlon Brando"...
Ha ha ha, oui non bon, quand même, c'est assez drôle pour que ce soient des comiques "professionnels" qui aient pondu ça, donc bon...
La deuxième aussi est assez drôle, avec cet arbre généalogique représentant la filiation de John Lennon, avec Sean et Oasis... hu hu hu, oui non bon d'accord, celle là n'est pas si terrible que ça.
Par contre, celle qui est aussi dure que drôle, c'est celle avec Kurt Cobain et Courtney Love, et qui me fait donc me demander s'il s'agit d'une vraie pub. Parce que quand même, charger Courtney comme ça, c'est... pfiou... marrant, quoi. Mais pas super professionnel pour un magazine musical.
Si vous ne voyez pas bien les dates, en dessous de Kurt, "1967 - 1994", en dessous de Courtney "1994 - "
A propos de Nirvana, une autre campagne pour Rolling Stone, cette fois-ci pour un numéro spécial "les 500 albums qui ont changé notre vie"
Parmi ces albums, Disintegration, que je suis en train d'écouter pile poil pendant que j'écris cette note, sorti en 89 avec quelques unes de mes morceaux préférés des Cure, comme "Fascination Street", "Last Dance" ou encore "Lovesong", "Lullaby" et "Pictures of You" pour les plus connues.
Nevermind, bon, c'est plus un album qu'on présente, hein, record de vente, sorti comme un cadeau du ciel en plein dans mon adolescence. Alors je ne portais pas de cravate avant, mais après, c'est sûr, les chemises bucheron, c'était pour moi, et j'ai, comme tout bon ado qui se respecte, fait le désespoir de ma mère en trouant mes jolis blue-jean...
Pour Ok Computer, je me suis déjà senti moins touché, mais j'en connais qui ont été traumatisées par "Exit Music (For a Film)"... ha ha ha, la bonne blague !
Enfin bref.
Pour finir, une campagne présentant "l'esprit" du journal, où, selon la pub, se mêlent cuisine, politique (tomate et manif), mode et contestation (addidas et manif...)... religion et cinema (lol, le pape en Marilyn... ouais, lol.), éducation et guerre... éducation et guerre, à mon avis, ça doit pas souvent remplir le journal, hein, mais bon, peut-être me trompe-je, je ne crois pas avoir jamais ouvert un numéro de Rolling Stone.
Une dernière, de super bon goût; sexe et musique dans rolling stones, et qu'est-ce-qu'ils ont choisi pour incarner ça... Michaël Jackson.... Ha bin bravo les gars !
Ho et, petit bonus, un petit jeu...
A partir de la pub suivante, il va falloir deviner ce que j'ai mangé hier soir, et ce que je suis allé voir au cinéma.
Vous allez voir, ce n'est pas trop difficile :